In Ma Vocation

Faire face à la douleur dans nos vies

Je sais que les gens n’aiment pas entendre parler de douleur, ni même en discuter. Mais je crois qu’il est vraiment important d’en parler parce que si on ne le fait pas, ça sera difficile de guérir.

Encore ce matin, une personne qui m’est chère m’a écrit en larmes pour me parler de sa relation qui ne va vraiment pas bien. Ma première réaction ? Compatir bien sûr, prendre le temps d’écouter, de réconforter, Mais par la suite, je me suis dit “Seigneur, si j’ai 3-4 hommes/femmes qui viennent vers moi en pleurant, que je les connaisse ou pas, c’est pour une raison. Je ne peux pas les guérir, je ne peux pas les restaurer, mais je connais Celui qui peut, et c’est Toi. Je peux donc les pointer vers Toi.”

Alors bien entendu je discute avec la personne mais un moment je suis à court d’arguments positifs, et j’ai compris pourquoi. Parfois, ça ne sert à rien de multiplier les paroles et d’essayer de raisonner avec une personne qui souffre. Je ne pense pas qu’il y ait une douleur plus grande que celle qui vient toucher l’âme. Que ce soit un divorce, une rupture, une relation qui se complique (sans qu’on comprenne même comment ou pourquoi !), la perte d’un enfant ou d’un époux, une famille brisée, etc., dans tous les cas l’âme, qui est le siège de nos émotions, pensées et sentiments, est affectée et peut importer combien de jeûne et de prières on peut faire, ÇA FAIT MAL. Et en temps qu’enfants de Dieu, homme comme femme, ça n’enlève rien à notre homme spirituel d’avouer que ça fait mal.

Alors je cherchais quoi dire à la personne mais je me suis aperçue qu’on ne peut pas forcer les paroles vivifiantes qui vont apaiser le cœur de quelqu’un. J’ai dit Seigneur, qu’est-ce que je peux bien lui dire ? C’est toi qui la connais. Et la seule chose qui m’est venue et que je lui ai dit comme conclusion à notre conversation c’est “Reste tranquille. Et cherche ton Dieu.” (Esaïe 30 :15)

 

Je suis sûre que ce n’est pas nécessairement ce que la personne voulait entendre. Elle voulait une vraie solution. Je sais que lorsqu’on souffre, on est fatigué d’entendre des versets bibliques. On veut une VRAIE solution, dit-on. On veut que la douleur s’en aille. On ne veut plus avoir à ressentir le vide. On veut que tout redevienne normal. On veut prier et que Dieu enlève la douleur là, tout de suite.

Mais si on ne s’attend pas à notre Créateur pour réparer ce qu’Il a créé, à qui on va s’attendre ? Pourquoi refuser la Parole qui a le pouvoir de nous sauver lorsque notre cœur brisé ? Pourquoi s’attendre à ce que ce soit la personne qui nous a brisé le cœur qui vienne le réparer ? Ça n’a aucun sens. Les humains peuvent être d’un immense réconfort et Dieu peut les utiliser pour nous. Mais lorsque la situation échappe à notre contrôle et qu’on est par terre, la seule chose qu’ils peuvent faire c’est être là, prier pour nous, nous réconforter. Mais L’Éternel est Jéhovah-Rapha, le Dieu qui guérit. C’est à Lui que nous devons crier en 1er, c’est vers Lui que nous devons nous tourner. En allant vers Lui, Il nous donnera une parole rhema qui va nous aider à tenir et à avancer, au milieu de notre situation. Des fois on veut tellement entendre la voix des hommes qu’on va vers eux mais on en ressort frustrés. Et c’est normal, parce qu’ils n’ont pas la réponse à tout. Ils ne comprendront pas exactement ce qu’on ressent. Ils pourront nous conseiller mais le choix final nous appartient. C’est à nous d’aller dans le lieu secret crier à Dieu. Il n’est pas sourd aux cris de Ses enfants.

J’ai appris que nous les enfants de Dieu, nous sommes comme des éponges. Lorsque vient la tempête et que je suis pressée de toutes parts, c’est ce qui est en moi qui ressort. J’ai beau citer des versets tous les jours, qu’est-ce qui ressort de moi lorsque je vis une épreuve, que je souffre ? Est-ce que ce sont les murmures et les plaintes, les critiques, les paroles négatives, ou est-ce que c’est la Parole de Dieu qui ressort ? Déclarer la Parole malgré les circonstances, ça ne veut pas dire que tu ne souffres pas ou que tu prends ta circonstance à la légère. Ça signifie que tu refuses de laisser les circonstances te submerger ou te dicter qui tu es. Jésus a appelé Pierre à le rejoindre sur les eaux malgré la tempête, et celui-ci s’est précipité car il regardait à la bonne place. C’est seulement lorsque ses yeux se sont détournés de Jésus qu’il a commencé à s’enfoncer et cela devrait vraiment te parler aujourd’hui. À qui est-ce que tu regardes lorsque quelqu’un en qui tu as investi te quitte, te rejette, te délaisse, te Qum’ est-ce qui ressort de toi lorsque tu es pressé de tous côtés par les circonstances ?

Il est temps de VIVRE la Parole et pas juste de la lire. La connaissance c’est très bien, mais il faut aussi appliquer cette connaissance. Lorsque la douleur émotionnelle vient te frapper de plein fouet tu as le choix de rester par terre ou de t’accrocher à Dieu. Tu as le choix de déverser ton cœur devant Lui jour après jour, de prendre un jour à la fois, d’aller dans Sa Parole comme si ta vie en dépendait (.et elle en dépend !) ou de rester par terre, d’aller te réfugier dans les bras de l’alcool, de la cigarette, de la nourriture, du sexe, des lamentations, des ex et des amis qui ne vont rien arranger à ta situation.

 

“Ainsi la foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la parole de Christ.” (Romains 10 :17)

 

Oh mais Aurélie tu ne comprends pas. Je prie, je jeûne, je médite la Parole et RIEN. La douleur est toujours là. C’est facile pour toi de parler, tu ne comprends pas ce que je ressens, ou alors tu n’es jamais passée par ce genre de situations…

Si justement, je comprends ! Je suis la mieux placée pour comprendre la douleur, le rejet, la peine d’amour, la confusion, les interrogations. Je sais ce que c’est que d’investir en quelque chose qui éclate, de perdre quelqu’un, de se faire rejeter, d’avoir le cœur en mille morceaux par terre, la douleur est tellement intense qu’on arrive plus à mettre un pied devant l’autre, on ne veut plus sortir de son lit ou même manger ! Je sais ce que ça fait de prier et jeûner pendant des mois et de se sentir un peu mieux et ensuite retomber dans le même tourbillon émotionnel. Je sais ce que c’est que d’être en colère contre Dieu parce que tu te dis “Pourquoi moi Seigneur, j’ai bien agi, j’ai tout fait dans l’ordre, j’ai prié mais la situation m’éclate en pleine face.”

Mais j’ai appris à prendre chaque pièce de mon cœur qui était par terre et à les donner à Dieu. J’ai appris à être transparente avec Lui, lorsque je souffrais et à arrêter de faire semblant. J’ai appris à me mettre à genoux et déverser mon cœur devant l’Éternel. J’ai appris à aller à la Croix. J’ai appris à refuser les pensées qui venaient me faire sombrer. J’ai appris à confesser la Parole sur mon âme et ma vie, même lorsque mes émotions ne suivaient pas. J’ai appris à m’appuyer sur Lui, au milieu de ma solitude, et Il m’a soutenue jusqu’au bout, Il a fait un chemin dans mon désert et des fleuves dans ma solitude, et voici une autre raison pour laquelle j’aime tellement le Seigneur, Il ne m’a jamais abandonnée, même lorsque j’avais tout perdu, Il ne m’a jamais délaissée même lorsque j’avais failli, Il ne m’a jamais privée de Son amour ni de Sa grâce, au contraire, j’ai appris à Le laisser m’aimer chaque jour de ma vie, même lorsque je ne me sentais pas digne; même lorsque je Le repoussait parce que j’étais frustrée d’avoir été rejetée par un homme, Il m’a pris dans Ses bras d’amour, Il m’a aimée. Et enfin, j’ai appris que je pouvais utiliser ma douleur et mes expériences comme le carburant du moteur de ma destinée. Rien de ce que je vis n’est perdu, au contraire, l’Éternel fait concourir tout ce que je vis (bon ou mauvais) à mon bien.

 

Alors, comment gérer la douleur et toute cette vague d’émotions ?

Étonnamment, la personne sur laquelle tu dois d’abord te concentrer dans l’épreuve c’est toi. Pourquoi ?

Non, ce n’est pas de l’égoïsme que de prendre soin de toi, au contraire c’est nécessaire. Si toi tu ne vas pas bien, comment tu peux prendre soin des autres ? Si toi tu es en mille morceaux, comment tu peux être une bénédiction pour ton environnement ? Il y a une citation qui dit : “Les gens blessés blessent les autres”, et c’est vrai. Lorsque tu es blessé, tu ne fonctionne plus normalement. Tu dois faire très attention car tu peux facilement blesser ceux qui t’entourent et qui t’aiment, même sans le savoir. Et l’ennemi n’est jamais loin lorsqu’on souffre, pour amener les pensées de condamnation, de dépression, suicide, haine, amertume, apitoiement, convoitise, etc. Veilles sur ton âme. Prie pour ta guérison et ta restauration, déclare la Parole sur ton âme, commande à ton âme de bénir le Seigneur, comme faisait David !

 

Conseils :

  1. Prie avec ton cœur, en toute authenticité. Aussi, ne sois pas trop concentré sur le genre de prière à faire. La prière n’est pas une formule magique qu’on récite pour obtenir un résultat immédiat. Si tu ne sais pas quoi dire, pris la Parole, et saches que les larmes sont aussi une prière que Dieu entend.
  2. Donne ta douleur à l’Éternel. Amène toute chose négative à la Croix. Rejette toute pensée contraire à la pensée de Christ.
  3. Parle avec quelqu’un qui ne va pas te dire ce que tu veux entendre, mais ce que tu dois entendre, et qui va prier pour toi. Et dis les vraies choses, telles qu’elles sont. Apprends à t’exprimer et exprimer ce que tu ressens, sans chercher à cacher ou habiller les mots.
  4. Refaire A, B et C, à chaque jour.

 

Un grand homme de Dieu a dit un jour que la douleur, c’est l’indication que quelque chose n’est pas à sa place. C’est comme une sonnette d’alarme. Saches que Dieu n’est pas l’auteur de la confusion, alors si tu es confus(e) ou perdu, cours vers Lui.

 

La volonté de Dieu pour toi est bonne, agréable et parfaite :

“Le voleur ne vient que pour dérober, égorger et détruire ; moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles soient dans l’abondance.” (Jean 10 :10)

“Bien-aimé, je souhaite que tu prospère à tous égards et sois en bonne santé, comme prospère l’état de ton âme.” (3 Jean 1 :2)

 

Pour finir, voici une équation que j’aime particulièrement, et qui s’est avérée d’une grande aide dans tout ce que j’ai pu traverser :

 

DIEU + PAROLE + TEMPS = GUÉRISON.

 

Le Seigneur guérit n’importe quelle blessure émotionnelle. Ne te décourage pas si tu as prié mais que tu ne vois rien et que la douleur est toujours là, au contraire, persévères et rappelles-toi que tout a déjà été accompli. Continue de le remercier par la foi. Lorsque tu pardonne à quelqu’un, tu peux ne pas ‘ressentir’ mais tes émotions vont suivre ta décision de pardonner. La douleur c’est la même chose ; tu peux encore la ressentir et pourtant Dieu est déjà à l’œuvre en toi. Je prie que le Dieu qui guérit, guérisse ton cœur brisé et restaure ton âme, que Sa Parole soit ton appui et ton bouclier. Je t’aime beaucoup.

 

“L’Éternel est près de ceux qui ont le cœur brisé, et Il sauve ceux qui ont l’esprit dans l’abattement.” (Psaume 34 :18)

 

With Love, Lily

Vous aimerez aussi

J’ai mal, dois-je rester avec lui?

Publié le 23/09/2017

Article précédentPuis-je être avec quelqu'un qui n'a pas Jésus?
Prochain articleVaincre la peur

Aucun commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!