In Célibat Épanoui

La compétition féminine: se réjouir pour les autres fleurs

La compétition féminine: se réjouir pour les autres fleurs
Connaître son identité, avoir une grande maturité et une estime de soi restaurée… Crucial pour pouvoir aimer de tout son cœur, honorer et même admirer une autre femme, vouloir son bonheur et sa réussite, et ce, sans arrière-pensées.
Bonne ou mauvaise compétition?
On observe souvent de la compétition sournoise entre les amies; entre qui aura un homme la première, qui a le plus grand diplôme, le meilleur salaire, le plus de bénédictions, etc. La compétition féminine malsaine est partout. C’est comme ci le cœur s’irrite lorsque A obtient une promotion; B ressent le besoin de dépasser A pour se sentir mieux dans sa peau. Celle qui est célibataire ne peut s’empêcher de demander à B où en est sa relation amoureuse et se réjouit silencieusement lorsque B répond que ça va mal. En effet, C ne supporte pas d’être seule dans son état de célibataire malheureuse. D fait tout pour faire mieux que E car elle ne supporte pas d’être reléguée au second plan ou de rester dans l’ombre.
On ne parle pas ici de la compétition saine qu’on peut retrouver en affaires ou dans le sport par exemple, et qui permet de se dépasser, mais bien de la compétition malsaine qui anime la gente féminine et qui trouve en réalité racine dans l’insécurité. Oui, ce sont tes insécurités qui t’empêchent de te réjouir pleinement pour tes amies, ou même pour une inconnue qui réussit. En réalité, elles révèlent chez toi une crainte de ne pas réussir, de ne pas te faire remarquer. Elles te poussent à vouloir être aimée et à mettre l’accent sur TOI lorsqu’on parle de quelqu’un d’autre… “Oui mais moi aussi j’ai ça, moi aussi j’ai fais ça, moi je, moi je…” Comme si le sujet devait toujours tourner autour de toi.
“Celui qui donne la bénédiction ou les dons en a assez pour tout le monde…”
Bref, de petits exemples pour dire que les femmes doivent apprendre à se soutenir et à s’encourager mutuellement, à apprendre les unes des autres et à s’aimer sincèrement au lieu de se comparer, se jauger, s’envier, se débattre pour être “meilleure” que l’autre. Celui qui donne la bénédiction ou les dons en a assez pour tout le monde. Il n’y a rien de mal à admirer une femme qui a réussit, qui a un mariage, un leadership ou une image exemplaire. Ça nous pousse à vouloir PLUS pour nos propres vies. Notre admiration ne doit simplement pas se transformer en envie. L’envie est négative et tôt ou tard, on se retrouve à jalouser, espionner et critiquer les moindres faits et gestes de la personne qu’on avait jadis admirée.
De nos jours, il faut rendre grâce à Dieu si tu trouve ne serait-ce qu’UNE amie qui va faire passer tes intérêts avant les siens, qui va t’aimer sincèrement et tout faire pour que tu réussisse, sans jamais t’envier. Mais avant d’en demander une, demande au Seigneur de faire de toi cette amie. Je remercie le Seigneur qu’Il m’en a données et qu’Il a fait de moi cette amie. Ça n’a pas toujours été le cas, mais aujourd’hui, je peux dire que je souhaite sincèrement le bonheur des amies qui m’entourent et que je désire plus que tout les voir réussir et atteindre leur plein potentiel. Je n’ai pas envie d’être entourée de personnes qui vont m’envier secrètement et souhaiter ma chute. Voilà pourquoi je suis devenue très sélective dans mes choix d’amies. Je veux m’entourer de femmes qui ont confiance en elles et qui savent qui elles sont, sinon, bienvenue les problèmes! Un petit plus pour celles qui comme moi ont une mentor : elle doit vouloir que tu fasses mieux qu’elle! Car ta mentor ou leader ne peut pas te ‘materner’ efficacement si elle est intimidée par toi. Je bénis le Seigneur pour mes leaders et mères adoptives. Si ta maman biologique veut que tu fasses mieux qu’elle, ta maman spirituelle doit le vouloir également. Même Jésus a dit à ses disciples qu’ils feront des oeuvres encore plus grandes que Lui. Si tu n’as pas de mentor mais que tu en cherche une, le critère numéro 1 est celui-ci, car l’élève doit dépasser le maître.
Comme dit la citation “Une fleur n’a pas le temps d’être en compétition avec d’autres fleurs, elle se contente d’éclore…”
Nos insécurités vis-à-vis d’autres femmes prennent toujours racine quelque part. Lorsque tu es guérie, tu dois juste être toi-même et faire ce que Dieu t’appelle à faire. Comme dit la citation “Une fleur n’a pas le temps d’être en compétition avec d’autres fleurs, elle se contente d’éclore.” Tu n’as pas à être plus belle ou plus intelligente que les autres. Tu as juste à être belle et intelligente. Plus belle pourquoi? Quel est le motif, la motivation derrière tes désirs et tes actions?
Si tu as tendance à avoir des picotements au coeur lorsque tu vois une autre femme être élevée, à envier, jalouser ou rabaisser les autres femmes de ton cercle pour te rehausser, amène ça devant le Seigneur, car ce sont des habitudes malsaines et c’est TOI qui en sortira malheureuse. Saches que la seule femme que tu dois dépasser est la femme que tu étais hier.
Je prie que Dieu te révèle qui tu es. Tu as de la valeur et de l’importance à Ses yeux, et Il t’aime profondément. Le plan qu’Il a pour ta vie n’est semblable à aucun autre. Gardes donc les yeux fixés sur ton couloir, et non pas sur la ligne d’arrivée des autres femmes qui courent à côté de toi, à moins que ce ne soit pour les encourager.
Je te loue de ce que je suis une créature si merveilleuse. Tes œuvres sont admirables, Et mon âme le reconnaît bien. (‭Psaumes‬ ‭139‬:‭14‬ LSG)‬‬‬
With Love, Lily.

Vous aimerez aussi

Le bonheur, une destination?

Publié le 14/08/2017

Article précédentCes insécurités qui détruisent nos relations
Prochain articleCrise d'identité: comment la reconnaitre

Aucun commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :